JapaNantes II

Ca va faire longtemps, comme dirait la chanson. Le début de saison des conventions vient de s’ouvrir avec JapaNantes que vous connaissez peut être déjà, la première édition ayant été un petit succès et tout laissait présager une répétition de l’histoire pour ce crû 2013. On va voir ça.

Rappeler ce que c’est que JapaNantes ? La seule grande convention du grand Ouest à l’heure actuelle et qui fait office d’évènement de l’année, loin devant Art To Play qui à côté fait un peu pitié. A la manière de l’Epitanime Parisienne, la convention se déroule pendant deux jours dans les locaux de l’école Polytech, les organisateurs étant tous issus de cette école, l’évènement s’inscrivant apparemment dans un projet d’étude, amenant un changement d’équipe chaque année.

JapaNantes c’est aussi le seul endroit où toute la scène Nantaise peut se retrouver dans sa grande globalité : No-Xice, Méluzine, Doujin Style, La Brigade SoS/KawaSoft  Lilly SeekWet, Pix’N Joy, Nantes No Otaku, la boutique Jap’N Go et Japanim auxquels il faut ajouter des Parisiens tel que l’association Thalie… Au total une quarantaine d’exposants ont fait le déplacement sur le salon, remplissant totalement la grande allée centrale. Il y avait globalement de quoi faire donc niveau activité les scènes étaient tout le temps occupées, il était possible de visiter un maid café, le café manga Nantais avait fait le déplacement avec un choix conséquent d’ouvrages, plusieurs groupes de musiques allaient se produire… Ouais, ça s’annonçait plutôt bien !

En terme de préparation, contrairement à l’année dernière où j’essayais de me tenir au courant, cette année j’ai juste rien foutu. Echanges de mails, fail de notre côté bien vite réparé et confirmation de notre stand dans les temps. Mais ce ne fut pas le cas de tout le monde et certains ont reçus leur confirmation une semaine avant le salon.

La neige touchant notre beau pays n’a empêché personne de se rendre sur les lieux le samedi matin mais nouveau changement cette année : je prenais le bus comme la Plèbe. Et wouah, bordel, même avec du sang Sibérien dans les veines, poiroter dehors avec du vent pendant une quarantaine de minutes pour avoir son bus c’est quand même bien relou. Parce que forcément, la zone où se situe Polytech est relativement excentrée de la ville et, zone scolaire oblige, très peu desservie le week-end. Un à deux bus par heure, c’est vraiment trop peu. L’année dernière il avait été question de s’organiser avec la TAN, qui gère le service de bus de la ville de Nantes, pour allouer plus de bus à la ligne voir même faire un service de navettes, idée malheureusement éconduite. Je sais plus trop si elle avait été relancée pour cette année mais apparemment si négociation il y a eu, elles ont encore échouées. Mais bon c’est pas grave, l’essentiel au final c’est d’arriver avant l’ouverture au public à 10h ! En plus les trajets en bus c’est l’occasion de retrouver les copains et de commencer à grogner en coeur, un vrai plaisir.

L’année dernière aussi la salle dédiée aux jeux musicaux avait été en quelque sorte un bel échec. Du genre, mettre le stand dans une petite salle au premier étage, sans fenêtre ou tout autre système d’aération efficace. Croyez moi, passer deux jours dans un espace aussi réduit avec une chaleur constante de 38 à 40° (et avec en addition les odeurs qui vont bien) ça forge le caractère. Mais comme on est pas là pour faire des démonstrations d’endurance autre part que sur nos tapis de jeu, cette année notre demande de stand était clair : une salle plus grande et avec de l’air. La demande a t-elle été respectée ? D’un certain côté oui, je ne peux pas le nier. Nous étions encore au premier étage, mais dans une nouvelle aile, fermée l’année dernière à cause d’un problème technique, aux côtés du manga café,d’un espace dessin et jeux de société, dans une salle légèrement plus grande, tout au fond (mais genre vraiment tout au fond) d’un couloir. Visibilité ? 0 ! Je parle même pas de la superposition des sons des trois jeux présents et du manque de place pour le public qui piétinait un peu à l’entrée. Au moins la température était plutôt proche de 15°C rendant la zone vivable mais quand même, pourquoi exclure ainsi une activité qui pourrait (et je me retiens de dire « devrait ») être exploité comme un genre de grand show, bruyant certes mais pouvant attirer les foules et demandant de fait une salle beaucoup plus grande. Je sais pas trop, peut être que j’ai une vision un peu trop idéalisée de l’importance de nos jeux dans un tel évènement (ou alors j’ai été trop habitué à la très grande salle de Jap’Anjou).

DSC00431

Ca c’est pour les quelques bémols du côté associatif, mais il est toujours bon de noter le positif aussi : pour la première fois depuis un peu plus de deux ans, nous avons réussis à organiser un tournoi débutant fort d’une trentaine de participants, joueurs d’origines diverses et variées allant du visiteur lambda au staff de la convention. Ca fait plutôt plaisir tant que commençais à désespérer de pouvoir en refaire un suite aux dernières annulations faute de joueurs. Etonnamment le public d’ici ne s’est pas du tout reconnu dans le jeu Dance Evolution qui fait pourtant plutôt fureur dans d’autres évènements et c’est très agréable de voir le grand frère préféré à la mouture Kinect ! Beatmania IIDX de son côté à, comme d’habitude, été boudé et les rares personnes le testant restaient rarement après la première chanson échouée.

Et chez les autres, c’était comment ? A vrai dire contrairement à l’habitude que j’ai pris depuis quelques mois, j’ai pas eu forcément la possibilité d’aller squatter chez les autres faute de temps ! Mais les retours que j’ai eu sont pas vraiment positifs : l’espace était mal géré (trop peu de place visiblement) et surtout, il faisait froid. Autant dans une convention dans une grande salle la chaleur vient naturellement mais là, dans cette grande allée centrale il n’y avait visiblement pas de chauffage et les exposants assis toute la journée durant l’ont bien senti passer. J’ai eu écho aussi de problèmes niveau organisation des salles et des activités, le cher ami Sanji ayant vu son cours de danse sucré par le groupe de musique passant après lui. Sur les 30 minutes allouées à son activité, il n’en a eu que 10 ce qui est vraiment dommage car le monsieur offre une prestation de qualité quand il a le temps de bien faire.

J’avais été contacté à un moment pour conseiller des jeux à mettre en place pour une nouvelle salle jeux vidéo afin de remonter le niveau de la salle Touhou de l’année dernière qui avait juste le mérite d’exister. Une liste dans la partie cachée du forum existe mais je n’ai jamais été recontacté. Bilan ? Pas d’évolution de la salle, quatre postes de jeux sous Linux (comprendre, des bugs en jeu) et encore une fois très mal indiquée. Pourtant une fois dedans il était au moins possible de lire quelques panneaux détaillant le principe et les commandes du jeu, mais c’est tout. Tellement de potentiel gâché c’est un peu triste ! Heureusement la salle gérée par Pix’N Joy et Nantes No Otaku était là et c’était probablement le meilleur endroit : confortable avec une chaleur présente et non étouffante, une très grande diversité de jeu proposés, des tournois et des membres passionnés… Du début à la fin ils ont vendu du rêve et c’était plus qu’appréciable !

Petit aparté d’ailleurs sur les indications afin de montrer les différents stands : elles étaient pas du tout visible et lisible. Des petites flèches c’est peut être esthétique mais ça vaut quand même pas de grands panneaux à chaque endroit pour clairement indiquer l’emplacement d’un spot intéressant. Remarque supplémentaire : indiquer le stand de jeux musicaux par « DDR » c’est pas forcément très bien pour les purs néophytes. J’ai dû avoir une dizaine de personnes m’avouant qu’ils avaient trouvé la salle à cause du bruit et qu’ils ignoraient ce que signifiait ce sigle. Isolé et en plus mal indiqué ? Pas cool du tout.

Le dimanche a été en soi une journée très vide. C’était comme d’habitude le jour du concours cosplay, mais par rapport au samedi qui n’était déjà pas très rempli, là c’était pire. Petite confidence : le nombre de préventes pour ce jour là était largement inférieur à celui du samedi. Du coup c’est le seul jour où j’ai eu la possibilité de visiter un peu et constater de la quête pour retrouver la salle Touhou, de la présence d’un coin entier dédié aux vendeurs HK, de celle  de l’éditeur Black Box qui faisait des promos vraiment intéressantes sur les packs DVD et surtout d’un vendeur jusque là inconnu qui proposait du stuff import (type doujin hentai Toradora!) ainsi que des artbooks de qualité. Et force est de constater que partout où j’allais, c’était vide. L’amphithéâtre où se déroulait les activités de la Brigade et de Thalie l’était et même en salle jeux vidéo il y a eu quelques gros moments de vides.. Et j’ai crû comprendre que les différents concerts organisés n’attiraient pas masse de foule non plus.

DSC00459

Autre point à souligner, le manque de communication. Je ne pourrais pas me prononcer pour ce qui a été fait avant le festival pour les raisons évoquées plus haut : je ne m’y suis pas intéressé. Par contre un point que je constate : en dehors du forum et de la page facebook, j’ai jamais entendu parlé de l’évènement. Un truc tout con : Medoc El Medoc dans son émission « The Place To Be » sur la chaine Nolife (abonnez-vous) n’en a pas mentionné l’existence. Mine de rien Nolife c’est quand même pleins d’auditeurs et des centaines de visiteurs potentiels à qui il faut pas grand chose pour se déplacer : les informations géographiques et la date de l’évènement et c’est bon (et apparemment Dr Lakav était présent sur le salon, mais qui était au courant ?).

En interne aussi la communication était vraiment mauvaise. J’ai discuté avec quelques staffs, ils étaient tous cool, aucun soucis là dessus. On a eu le petit-déjeuner offert, c’est super cool aussi. Mais alors pour le repas, que d’histoires ! Trois membres disant qu’il était offert, sans en être convaincu, d’autres qui disaient que nos badges permettaient de débloquer une réduction… Et au final une fois devant le lieu où récupérer le repas, c’était la loterie : certain ont dû payer, d’autres non en fonction de la personne gérant la zone restauration et des informations qu’elle avait reçue.

Plus ennuyant encore : trouver un staff n’était pas forcément quelque chose de facile amenant deux cas de figure : pour entrer dans la convention il suffisait juste de choper une porte non gardée et d’y entrer sans problème, de l’autre en cas de problème il fallait au choix courir ou prier que l’un d’entre eux passe près de vous au moment T.

Bref, du côté exposant c’était merde. Isolé dans notre salle je n’ai pas pris vraiment conscience sur le coup de tout ce qui se passait, mais j’ai eu l’occasion de faire le tour des autres exposants et les premiers retours que j’avais eu et ce que j’avais vu sur place ont été confirmés. Le froid a vraiment été le pire invité de cet évènement. A part les cosplayeurs qui ont apparemment eu le droit à une salle chauffée, c’est le système D pendant les deux jours qui a primé, certaines personnes amenant au final leur propre mini-chauffage. Le public en sous-effectif n’était pas du tout acheteur (mais bon ça c’est de plus en plus courant) et l’ambiance était plutôt morose.

Comment expliquer ce fail ? Deux choses me semble évidentes : JapaNantes 1 profitait à la base du gros bide d’Art To Play et incarnait un peu le renouveau du milieu. Nous avions tous la dalle et comme l’évènement n’était vraiment pas mauvais, tout le monde y a trouvé son compte. Mais pour cette deuxième édition, certains points sont devenus vraiment trop noirs pour être ignorés. Et c’est le deuxième gros problème : le staff 2013 était moins bien que celui de 2012. Le fait d’être en sous-effectif n’a pas dû aider, mais certaines erreurs passées auraient dû être corrigées et l’organisation générale laisse à désirer. Tritesse, JapaNantes que j’annonçais comme la meilleure convention de l’Ouest et l’équivalente nantaise de l’Epita Parisienne devient donc pour cette fois une simple convention casuale tout à fait oubliable, la réputation gagnée ne risquant pas de faciliter les choses à la nouvelle équipe si jamais une édition 2014 est lancée. J’y reviendrais avec PoWa c’est certain, mais l’attente sera bien plus supportable et nos espoirs sont aujourd’hui placés dans la future convention rennaise qui se déroulera le 9 et 10 mars au campus Beaulieu.

Et pour aller plus loin, n’oubliez pas de lire d’autres résumés, genre celui du fanzine No-Xice . Et si vous y étiez en tant que visiteur, votre avis m’intéresse !

Publicités
Par défaut

3 réflexions sur “JapaNantes II

  1. Krow dit :

    Pas mal de soucis sont difficilement gérables malheureusement, comme le lieu, le manque de chauffage dans le hall ou le fait que PoWa soit relégué au fond d’un couloir (perso je vois difficilement où vous placer ailleurs que dans une salle de classe, et même au fond y’a toujours le son pour aiguiller ceux qui passent par là, les origamis n’ont pas cette chance =p). Tu restes quand même dans le vrai pour la plupart des problèmes ceci dit.

    Je te trouve quand même ton bilan un peu rude, comme tu l’a dit pour la première édition les gens avaient faim, là beaucoup s’attendaient à Epita version Nantes. Mais ils en ont ni l’expérience ni la bourse (ni la passion, du moins pas autant, y’en a qui font ça pour choper des points sur le bulletin quoi). Pour 9€ y’a du contenu suffisant pour passer un bon we (et en plus cette fois avec de super offres de BlackBox en passant). Après j’avais la chance d’être visiteur ex-associatif, donc de pouvoir privilégier des bons plans sans avoir de responsabilités derrière mais eh, ça reste entre nous.

    Quant à la tan, jamais ils négocieront quoi que ce soit ces emplumés.

  2. Pingback: Stunfest 9th | Aegri Somnia

  3. Pingback: JapaNantes 2014 | Aegri Somnia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s