Wazabi 8 – La convention

Et une nouvelle convention dans l’Ouest… Enfin nouvelle, pas vraiment ! Les soirées Wazabi sont intégrées au paysage Nantais depuis 2007 et pour cette 8ème édition, l’équipe a fait évoluer le format pour passer dans la cours des grands : nouvelle salle (apparemment deux fois plus grande que la précédente) et surtout deux jours de festivités, du samedi 14 au dimanche 15 septembre.

Lire la suite

Publicités
Par défaut

JapaNantes II

Ca va faire longtemps, comme dirait la chanson. Le début de saison des conventions vient de s’ouvrir avec JapaNantes que vous connaissez peut être déjà, la première édition ayant été un petit succès et tout laissait présager une répétition de l’histoire pour ce crû 2013. On va voir ça.

Lire la suite

Par défaut

Art To Play 2

Ce que le temps passe vite. Il y a déjà presque un an, je parlais de ma visite à la première édition d’Art To Play qui globalement avait été une grosse déception : j’avais rarement visité une convention aussi nase. C’était sans compter les problèmes d’organisations et l’état d’esprit nécrosé des organisateurs, annonçant un fail programmé dès le début des préparations. Mais bon à cette époque là, dans l’Ouest, nous n’avions pas eu une seule convention depuis un an et mine de rien, nous étions nombreux à avoir la dalle. Le duel opposant Art To Play à JapaNantes permettait de nombreux paris vis à vis du taux de réussite de ces deux nouvelles conventions qui aux premiers abords affichaient un duel inégal : Art To Play, c’est l’association de plusieurs grosses structures professionnelles bourrées de trucs et qui vendaient du rêve au début tout en s’annonçant gourmande : faire plusieurs dizaines de milliers de visite pour une première édition ? Ils semblaient y croire. JapaNantes elle était une convention organisée par les petits gars de Polytech Nantes et l’organisation faisait un peu peur (ce qui au demeurant était aussi le cas d’Art To Play mais qui eux semblaient avoir plus de facilités à organiser quelque chose de conséquent grâce aux biffetons qu’ils sortaient, du genre plus de cent cinquante mille euros de budget). A mon sens et dans l’opinion générale, JapaNantes s’annonçait comme une petite convention classique fait par quelques passionnés, le genre de petit event ghetto gentillet mais qui coulerait bien vite, et Art To Play serait un genre de gros blockbuster qui permettrait de faire vivre un peu le milieu dans l’Ouest. Au final le résultat vous le connaissez : JapaNantes a été une convention géniale qui annonçait de grandes choses pour ses éditions futures et Art To Play se voyait accorder le surnom d’Art To Fail, avec l’idée que face aux pertes financières amenées par l’échec de la convention, il n’y aurait pas de seconde édition.

Lire la suite

Par défaut

Divers #3

Ouaaaaaaais, trentième article, barre des 1500 visiteurs dépassée… Je suis plutôt satisfait. En attendant de souffler la première bougie de  ce blog, modifions un peu l’objectif de cet article afin de présenter de manière plus globale l’actualité que j’ai suivis depuis le mois de juin jusqu’à ce début juillet histoire de faire croire que j’ai une vie.

Lire la suite

Par défaut

Jap’Anjou

J’ai déjà dû le dire, mais ce début d’année 2012 est incroyablement riche en convention, surtout comparé à 2011 qui était réellement vide. Après JapaNantes en janvier et une petite période de repos en février, le mois de mars ouvre une nouvelle saison avec une petite nouvelle : Jap’Anjou, qui s’est tenue du vendredi 16 au samedi 17 au centre d’animation Jean Vilar à Anger.

J’avais été très surpris de ne voir tout simplement aucune comm’, que ce soit sur internet où dans les villes alentours, il fallait vraiment être Angevin ou faire partie des stands pour connaître son existence. L’explication fournie étant que pour cette première édition, ils ne voulaient pas viser trop haut, sachant que la convention avait un budget vraiment ridicule comparé aux nouveaux mastodontes qui alignaient (gâchaient même) des dizaines de milliers d’euros. De plus, l’idée de la convention a apparemment été proposée par les jeunes qui viennent au centre, le staff était donc divisé en deux : les jeunes et les adultes qui supervisaient, tous dégageant pleins de PASSION. Tout le monde semblait plus ou moins se connaître, permettant d’avoir une ambiance chaleureuse.

Malgré le manque d’argent évoqué qui,  pour certains, représenterait un vrai handicap, eux ont réussis à faire quelque chose de cohérent avec finalement pas mal de contenu : une seule boutique pro, l’association 3Hit Combo qui tenait un espace jeux vidéo récents/rétros, du shiatsu, des démos et initiations d’arts martiaux, un espace lecture mangas aménagé, un stand de dessin, un espace jeux traditionnels, du cosplay, plusieurs ateliers de cuisine, jeux de Go et j’en passe… Et bien évidemment, un stand de jeux musicaux ! Bref, les visiteurs (dont le nombre total est encore inconnu, mais je pencherais bien pour au moins deux cents voir un peu plus pour la journée du samedi) avaient de quoi faire, et cerise sur le gâteau : l’entrée était totalement gratuite ! Une vraie convention amateur « comme à l’époque » ce qui fait mais alors carrément plaisir.

L’association PoWa s’occupait des jeux musicaux et pour une fois, le placement de notre stand était pas mal du tout : nous avions une véritable salle de danse pour brancher notre matos ! Bon, le sol était du parquet et ça raisonnait à fond, mais au moins il y avait de la place ce qui a permis de profiter des trois jeux proposés dans de bonnes conditions. Le mot d’ordre étant justement danse, nous avons sortis l’inévitable Dance Dance Revolution (en faisant tournant un mix SuperNova jap et un Extreme Jap), du Para Para Paradise (qui n’a pas du tout été apprécié par les joueurs malheureusement) et un petit nouveau acheté très récemment et encore jamais testé : Dance Evolution sur xbox 360 utilisable qu’avec un kinect.

Et là, faisons une petite parenthèse. Vous avez dû le voir, avec l’apparition de cet accessoire, les simulations de danse se sont multipliées : Just Dance sur wii, Dance Central et d’autres softs qui proposent aux joueurs de reproduire « en vrai » des chorégraphies (et dont le seul avantage semble au final d’être de regarder des petites et moins petites filles rouler des hanches en tenues courtes). En gros, à l’écran s’affiche les postures à adopter à vous d’imiter le mieux possible en rythme et ainsi gagner des points comptabilisé à la fin de chaque chanson. La plus part de ces jeux proposent une playlist de chansons actuelles, avec des chanteurs que la Plèbe adule, contrairement à Dance Evolution qui lui propose une toute petite trentaine de chansons des licences Bemani, comme la formidable Sakura et la non moins incroyable Afronova. Ces titres ne vous disent rien ? C’est normal, et c’est justement là de mon point de vue l’avantage de ce jeu : découvrir de nouvelles chansons, de nouveaux horizons, tout ça sur une galette PAL. La vie devrait être belle, mais malheureusement peu de personnes semblent vouloir élargir leur champ musical (d’un autre côté, c’est exactement la même chose avec Dance Dance Revolution).

Dance Evolution donc, c’est une simulation de danse dont le seul point vraiment changeant comparé à ses concurrents est sa playlist (et la manière dont s’affiche les poses à imiter aussi). J’ai lu de nombreux tests et commentaires sur ce jeu et un point m’intrigue : beaucoup disent qu’il est dur. Evidemment, je joue à DDR depuis déjà quelques temps, j’ai des centaines d’heures de jeux derrière moi et les musiques proposées dans les deux licences sont identiques, mais j’ai quand même eu du mal à percevoir la difficulté des chansons. Après deux/trois tests en mode expert, je validais la plus part des grosses chansons et je découvrais un jeu de rythme possédant la plus grande tolérance possible au niveau du timing. Sérieusement, vous avez bien au moins trois secondes pour vous préparez entre chaque pose et il n’est pas obligatoire d’être positionné au millimètre sur les mouvements des danseurs montrés dans le jeu pour engranger des points. Si DE est  difficile, j’ose même pas imaginer la facilité offerte par les autres.

Même sans être un habitué des jeux musicaux, la courbe de progression est ridiculement rapide : les visiteurs pour la plus part étaient de vrais débutants sur Dance Dance Revolution, mais ils ont réellement bien accrochés sur Dance Evolution et qui eux aussi après quelques essais ont réussis à passer en mode Expert. Apparemment, il existerait un mode vraiment balèze sans indications à l’écran et je vous invite à consulter cet article rédigé par une personne vraiment fan du soft et qui détail bien mieux les possibilités offertes. Moi, je retourne enterrer mon coeur  sous mon tapis en mousse.

En oubliant cette petite déception face à ce jeu (qui je le répète à quand même eu un succès monstre, vous risquez donc de le voir tourner souvent sur les prochains stands, je suis juste un gros con) et le manque de succès de Para Para Paradise (ce qui termine de me briser le coeur), le publique Angevin était presque carrément là. Pas totalement, car nous avons dû annuler le tournoi Dance Dance Revolution face aux manques de volontaires. Dommage, vu le nombre de joueurs qui ont testés et qui parvenaient à passer en difficulté Standard sans trop de problème, il aurait été largement possible d’y avoir une bonne douzaine de participants.

En conclusion, chantons une dernière fois les louanges de l’équipe du Centre qui a vraiment réussie à organiser une convention bien sympathique avec une première édition convaincante. Vivement la prochaine pour toujours plus de fun et pour patienter, retrouvez moi avec l’association PoWa samedi prochain de 14h à minuit pour la 7ème soirée Wazabi !

La totalité des photos est disponible sur la page facebook de l’association.

Par défaut